On est bien d’accord, il n’y a pas de règle absolue et il y a bien des façons différentes de démarrer une histoire d’amour ! Mais quand même 🙂 

Le coup de foudre est-il plus enclin à mal se terminer ?
L’amour qui se construit en douceur a-t-il un peu plus de chance de durer ?

Tentons d’abord de cerner les deux phénomènes :

L’amour passion :

En bref, le regard qui tue : il aura suffi de se croiser pour que la magie opère.
Une chimie qui bouleverse, qui nous transcende, qui nous fait flotter. Et ne parlons même pas du cerveau qui subit une explosion d’hormones nous menant à l’extase !
C’est comme si on se reconnaissait en l’autre : on a le sentiment immédiat que tout peut nous unir.
A coup sûr, la rencontre produit instantanément une émotion intense, une sensation puissante, une réaction biochimique quasi animale.

On vit sur du 220 volts, l’autre nous manque atrocement quand il est absent ; les hauts sont paradisiaques, les bas ressemblent à l’enfer. Les journées s’écoulent sur fond de montagnes russes émotionnelles. Pas à dire, pour se sentir vivant, on se sent vivant !
Il semblerait qu’1/5 ème de seconde suffise pour le provoquer, de là à parler d’envoutement, il n’y a qu’un pas 🙂 .
Pas besoin de passer par la case « on fait connaissance », la relation entre directement dans la sphère intime. Peu importe le passé de l’autre : c’est l’élu(e) !

La personne est d’emblée idéalisée et tant que la passion sera là, ses défauts seront mis à la trappe par un simple tour de passe-passe de notre esprit. Non seulement on ne verra pas ses défauts mais on va la parer de toutes les plus belles vertus !

Pas étonnant dès lors que ce type d’histoires passionne beaucoup plus les individus que ce soit au travers de la littérature ou du cinéma. Départ grandiose, fin souvent vue comme étant dramatique : deux ingrédients majeurs pour maintenir en haleine 🙂 .

L’amour tout en progression :

Bien sûr, il peut y avoir une attirance forte ; bien sûr, il peut y avoir une phase d’état amoureux où les défauts de l’autre passent aussi inaperçus (voir article sur la fascination amoureuse).

Néanmoins, la découverte se fait ici davantage en douceur : on apprend à se connaître, à voir les valeurs qui peuvent nous unir, les centres d’intérêt que l’on a en commun.
On s’intéresse à la vie de l’autre, ses valises, son histoire.
Il est à noter que souvent les couples qui se construisent petit à petit, ont des personnalités plus proches l’une de l’autre que dans la passion.
Or, il apparaît que pour qu’un couple fonctionne sur la durée, un seuil de compatibilité suffisamment grand doit exister. En même temps, la foudre ne tombe pas toujours par hasard non plus 🙂 .

Dans ce type de relation, on a pris le temps de vérifier que l’on était compatible : amour, amitié, stabilité en forment le socle.

Et après ?

Dans tous les cas, la sécurité absolue n’existe pas et il est bien difficile d’échapper à une certaine routine sur le long terme. Nourrir son couple d’attentions sera toujours essentiel.

On peut avoir des couples qui ont pris le temps de réfléchir, de se connaître mais qui quelques années après se séparent parfois même par manque d’étincelles.

De la même façon, on peut démarrer en fanfare et arriver à un amour plus tranquille, plus profond après.

Dans le cas du coup de foudre, il y aura un virage assez abrupte à négocier : lorsque l’autre cesse d’être idéalisé(e) (souvent brusquement d’ailleurs), il faut pouvoir dépasser ce moment de retour au réel où l’autre est un simple humain avec ses qualités et ses défauts. Le risque est de le dénigrer de façon proportionnelle au piédestal sur lequel on l’avait mis. Si la passion donnait la sensation d’un être semblable à nous, la descente aboutit généralement sur un constat bien différent : in fine, on n’est pas si compatibles que cela. Si maintenant, on arrive à dépasser ce moment de « chute » et qu’on commence à aimer l’autre comme il est, la relation peut perdurer et se transformer en amour plus profond.

Conclusion :

Si on interviewait les deux modèles, on pourrait avoir ce style de résultats :

Là où l’amour est venu à son rythme, les gens se sentent plus heureux, plus sereins, plus apaisés.

Là où l’amour est grimpé en flèche, on note plus d’états d’émotions positives fortes (et son corollaire, plus d’états douloureux).

Il reste néanmoins que le couple progressif étant moins « chimique », il a un peu plus de chance de jalonner les routes de la vie plus longtemps.
Carburer à du 220 volts constamment est assez épuisant pour l’organisme et est peu viable sur du long terme.

Pour que la passion donne naissance à une relation durable, il faudra relever le défi d’accepter qu’elle s’estompe et que l’autre ne soit finalement pas parfait. Reste alors à aimer la personne réelle qui se retrouve en face de nous. Pas d’idéalisation sans déception à un moment donné…

Mais ne dit-on pas : « L’amour a ses raisons que la raison ne connaît pas » ?

Alors quelle que soit la formule, visez à vous sentir bien et à ne pas vous oublier dans la relation 🙂 .

Passez d’agréables moments qu’ils soient doux ou passionnels !

Et si vous avez envie de partager quelque chose, c’est ici que cela se passe :

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer