Pour cet article, nous avons un spécialiste à la rescousse : Dr Willy Kostucki, cardiologue à la Clinique Antoine Depage 🙂

Je viens d’avoir un accident cardiaque, dois- je  faire preuve d’abstinence pendant une certaine période ?

Tout d’abord quelques précisions sur la terminologie : il y a une toute une série “d’accidents cardiaques” possibles qui sont dus soit à une dysfonction du muscle cardiaque lui-même (décompensation cardiaque), soit à un trouble du rythme (problème électrique), soit à un  problème sur une ou plusieurs des artères qui amènent l’oxygène au muscle cardiaque (problème de tuyauterie liée à une obstruction  complète ou à  un  rétrécissement simple des artères coronaires). Nous nous contenterons ici de la définition la plus usuelle à savoir qu’un accident cardiaque est soit un infarctus lié à une occlusion d’une artère coronaire soit de l’angine de poitrine liée à un rétrécissement simple des artères coronaires.  Cela concerne donc les patients qui ont eu un infarctus, un pontage coronaire ou l’implantation d’un stent et ceux qui sont à risque d’en avoir (fumeurs, diabétiques, obèses, sédentaires, stressés, …).
Un rapport sexuel peut globalement être considéré comme une épreuve d’effort au niveau cardiaque même si ce ne sont pas exactement les mêmes stimuli qui interviennent au niveau métabolique.
Commençons par la fin :  si le cardiologue, après un bilan cardiologique complet, confirme que le cœur est bien revascularisé il n’y a aucune raison de limiter ni l’effort ni les relations sexuelles.

Les précisions suivantes font preuve de bon sens:

  • une hospitalisation d’une dizaine de jours est de rigueur après un infarctus ou un pontage coronaire, période durant laquelle l’abstinence est évidente, peu importe le sex … de l’infirmière -ou de l’infirmier- de service … 🙂
  • une période de libido ralentie est inévitable après un tel événement médical variant d’une semaine à un mois selon les patients
  • en ce qui concerne une simple implantation de stents, il n’y a aucune période d’abstinence à imposer mais quelques recommandations à respecter compte-tenu des nouveaux médicaments prescrits dans ce contexte particulier

Retrouverai-je ma sexualité d’avant ?

Non seulement les patients peuvent retrouver leur sexualité d’avant mais mes patients retrouvent souvent une sexualité nettement améliorée à la condition d’être pris en charge par une équipe pluridisciplinaire comportant le cardiologue, le sexologue, le psychologue, l’interniste, la diététicienne, le coach sportif, l’urologue. Tout cela après une prise de conscience et de responsabilité du patient lui-même c’est le pre-requis au succès.

Quelques mots d’explication :

Les troubles sexuels précèdent souvent les problèmes liés aux artères coronaires, principalement chez les hommes mais également chez les femmes. En effet l’artère principale qui irrigue le pénis a un diamètre à peine un peu plus petit que les artères coronaires et les troubles d’érection (dysfonction érectile) précèdent donc souvent l’angine de poitrine. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle tout bon sexologue consulté demandera un bilan cardiologique et urologique chez un patient mâle présentant un trouble de l’érection.
Les patients ne se confient pas  spontanément à leur médecin traitant à propos de troubles soit de la libido soit de l’érection soit des deux. Par contre, quand ils sont pris en charge de manière pluridisciplinaire après un incident aigu, les problèmes sont mis à plat  de manière plus fluide et donc solutionnés. C’est pourquoi « Après est  souvent beaucoup mieux qu’avant ».

Dois-je prendre des précautions particulières ? 

Exactement les mêmes précautions que pour l’activité sportive c’est-à-dire peu de choses si le bilan cardiologique a été mené correctement et si ce bilan est bien entendu rassurant c’est-à-dire après démonstration de toute absence de souffrance cardiaque  à l’effort. C’est là que la compétence du cardiologue intervient avec sa prise réaliste de responsabilité, c’est-à-dire une prise de responsabilité non maximaliste à outrance et qui limite ou exclu les plaisirs de la vie.
Certains médicaments  donnent même une assurance complémentaire chez les patients qui ont bénéficié de l’implantation d’un stent (antiagrégants plaquettaires).
Ceci n’empêche pas de rappeler des recommandations générales à savoir : une bonne hydratation avant et après les câlins, éviter les stimulants sexuels vendus sur le net et dont on ne connaît pas exactement la composition.

En faisant l’amour, est-ce que je ne risque pas de faire une nouvelle crise ?

Cela revient à poser la question : est-ce que je ne risque pas de refaire un problème en montant rapidement 4 volées d’escaliers ou en piquant un sprint de 100 m pour rattraper mon train ?
Réponse: demandez à votre cardiologue le plus proche le statut exact de votre problème et le risque réel encouru.
90% de mes patients, après bilan exhaustif, font du sport et ne se refusent aucun câlin, quel que soit le chapitre du Kâma-Sûtra où ils sont arrivés.

Les médicaments que le médecin m’a prescrits risquent-ils d’influencer ma sexualité ?

Certains oui et certains non.
Les 2 principales classes de médicaments concernés sont les bêtabloquants et les statines.

Les bêtabloquants.

Ils sont réputés donner des troubles de l’érection. Et c’est le plus souvent le cas, mais pas pour des raisons intrinsèques aux médicaments mais plutôt en rapport avec la pathologie sous-jacente. Je m’explique : les patients artérioscléreux, autrement dit dont les artères ont perdu la souplesse, l’élasticité et le diamètre du temps de leur jeunesse,  ont besoin de plus de pression pour assurer le même débit. Les patients cardiaques sont en plus, souvent hypertendus. On imagine facilement que quand on diminue le débit cardiaque et la tension artérielle en donnant des bêtabloquants on diminue la pression de perfusion. C’est ce qui explique le plus souvent les troubles d’érection en particulier chez les patients chez lesquels on initie un traitement par cette classe de médicaments. Il faut expliquer aux patients que c’est « normal » et qu’il faut que l’organisme se réadapte à une tension artérielle normale c’est-à-dire souvent plus basse que ce qu’elle n’était avant l’accident cardiaque.
Il faut donc faire comprendre aux patients qu’il faut de la « patience » et qu’il est nécessaire, durant le temps d’adaptation, d’utiliser les inhibiteurs de la 5 phosphodiestérase autrement dit les médicaments de la classe du Viagra. Cette classe de médicaments comporte de nombreuses molécules qui n’ont pas toutes les mêmes fonctions, le médecin prescripteur doit connaître les nuances de ces molécules et prescrire du « sur-mesure ».

Les statines.

Ces médicaments sont donnés pour baisser le taux de cholestérol. Ce n’est pas le lieu ici de discuter de la controverse concernant toute la théorie du cholestérol. Je fais personnellement partie de ceux qui considèrent que le cholestérol n’est pas responsable des maladies cardio-vasculaires qu’on lui impute.
Par contre les statines ont des effets secondaires détestables.
Il faut savoir que le cholestérol est le précurseur de toute une série de fonctions vitales, en particulier il est le précurseur de la testostérone. La testostérone est l’hormone mâle par définition mais est également présente chez la femme avec chez elle un rôle tout aussi important dans la libido, la vitalité et même la protection vasculaire.
Voilà donc pourquoi les statines diminuent voire annihilent la libido chez un bon nombre de patients sous traitement par statines.
De plus les statines diminuent  la fonction érectile. Les patients ayant des troubles d’érection ne se plaignent pas à leur médecin car leur libido s’est ralentie et les patients considèrent en général qu’il s’agit d’un simple vieillissement inéluctable et qu’il faut en accepter les misères.
De plus les statines ont eu une action délétère sur les muscles en général. Certains patients, que j’appelle les chanceux, ont de vraies douleurs musculaires qui les amènent rapidement à arrêter ces médicaments. Les autres, moins chanceux, ne vont expérimenter qu’une faiblesse musculaire progressive et qui passera donc inaperçue. Le paradoxe est qu’on demande au patient cardiaque de faire du sport et que d’autre part pour on lui prescrit des médicaments qui rendent l’activité sportive complètement inconfortable. Quand les patients arrêtent les statines, ils se rendent compte alors de l’amélioration de leurs performances et donc du plaisir à l’activité sportive, et c’est précisément cet aspect du sport qui garantit la pérennité de ce “médicament” qu’on appelle sport et dont personne ne nie l’importance en termes de qualité de vie et en termes d’espérance de vie.
Moins de 5% de mes patients cardiaques prennent ce type de médicaments.

Et si j’ai des troubles d’érection, puis-je prendre quelque choses ou est-ce contre-indiqué ?

Il n’y a pas de bon traitement sans bon diagnostic. Tout commence donc par un bilan pour comprendre la cause des troubles d’érection. Ces causes peuvent être multiples, psychologiques, organiques, médicamenteuses (voir ci-dessus). Il faut donc un bilan pluridisciplinaire car il est inutile de prescrire des médicaments si on ne peut pas anticiper un bénéfice. Je ne connais aucun médicament dans la pharmacopée occidentale qui n’a pas d’effets secondaires. Tout choix médicamenteux est donc un calcul subtil entre bénéfices et effets secondaires.
Une fois le diagnostic posé il faut faire appel à l’une des classes de médicaments qui a le plus contribué à l’amélioration de la qualité de vie des patients et des couples ces 15 dernières années, je veux parler des inhibiteurs de la 5 phosphodiestérase autrement dit la classe des médicaments dont fait partie le Viagra, le premier et le plus connu. Mais toutes les autres molécules ont leur avantages et inconvénients, elles sont toutes différentes.
Il existe bien entendu d’autres approches médicamenteuses et non-médicamenteuses qu’il conviendra de discuter avec le sexologue, l’urologue ou le cardiologue.

En tous les cas une chose parait claire: “Après c’est parfois mieux qu’avant” pour la plupart des patients et pour les patients qui ont accepté la prise en charge pluridisciplinaire.

Merci au Dr Kostucki pour ces précieuses informations 🙂

Sur ce, prenez bien soin de vous et de votre santé !

Florence
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même !

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer