Dans le cadre de cet article, nous allons plus particulièrement nous intéresser à la forme « psychique », autrement dit, le « bien-être mental », en rapport avec la sexualité.

En effet, en nous préoccupant de la sexualité, nous ne pouvons pas faire abstraction de ses multiples dimensions, à la fois psychologique, physiologique, interpersonnelle et culturelle: la sexualité est loin d’être un phénomène statique et figé.

Des recherches ont démontré qu’un certains nombre de modifications psychologiques peuvent apparaître chez l’individu avec le temps. Les causes en sont diverses: les changements physiques, les modifications hormonales, les processus pathologiques, mais aussi son état d’esprit et sa capacité à s’adapter aux nouvelles réalités.

L’avancement en âge s’accompagne de nombreux changements. La connaissance de ces derniers est très importante car s’ils n’empêchent nullement la sexualité d’être agréable, ils sont parfois déstabilisants et peuvent entraîner de l’inquiétude, de l’anxiété, de la dépression.

Evoquons d’abord la dysfonction érectile: plus de 50% des hommes qui ont entre 40 et 70 ans peuvent présenter l’une ou l’autre forme de ce trouble.
Là aussi, le problème ne se pose pas seulement sur le plan physiologique: au cœur de cette érection défaillante, on découvre souvent des sentiments contradictoires: malaise, angoisse, dévalorisation, culpabilité, hostilité, …
On y trouve également une mauvaise information, un dialogue interne dévalorisant, une imagerie négative, qui anticipent l’échec et dont l’individu n’est pas toujours pleinement conscient.

Le corps et l’esprit vont donc s’influencer mutuellement de façon négative et leurs symptômes respectifs vont s’en trouver renforcés.

La sexualité évolue avec l’âge

Les dysfonctions sexuelles qui apparaissent au fil de la vie peuvent ainsi avoir un impact destructeur, dévastateur sur l’homme; comme si la dysfonction érectile équivalait à une baisse de vigueur et du sentiment de puissance.

Quant à la libido, si elle disparaît, c’est souvent sous l’effet d’autres modifications qui surviennent à ce moment de vie: l’altération de l’image de soi, la dépression, la perte de repères causées par le départ à la retraite, le départ des enfants de la maison, l’attention de l’autre qui diminue, une maladie qui survient, le décès d’un proche, les dysfonctions familiales, …

Pourtant, la sexualité à la maturité a encore toute sa place même si certains symptômes nécessitent des adaptations ou un soutien médicamenteux.

« Un esprit sain dans un corps sain » c’est aussi continuer à savourer les plaisirs de l’amour.

Avec une bonne santé et du désir, on peut même faire l’amour jusqu’à la fin de ses jours.
Quel que soit notre âge, les mécanismes de l’excitation sexuelle restent les mêmes. Simplement, ils peuvent prendre plus de temps après 50 ans. Ceux qui ont toujours eu un bon appétit sexuel, le garde généralement tout au long de leur vie.
Si les capacités subissent quelques modifications, il ne faut cependant pas qu’elles deviennent source d’angoisse.
L’angoisse, la dépression, les problèmes relationnels, une mauvaise image de soi peuvent entraîner une spirale négative qui à elle seule pourra provoquer une baisse des performances sexuelles ou les aggraver.

Dès lors, il est clair que notre sexualité est vraiment pluridimensionnelle et subit l’influence de différents facteurs tant psychologiques que physiques, qu’interpersonnels, que culturels.

Au-delà du bien-être physique, il paraît ainsi essentiel d’accéder à un esprit serein, de maintenir une vie sociale épanouissante, de conserver une dose d’activité.

1) Que faire pour se sentir bien dans sa peau quand du temps pour soi est en passe de se libérer ?

  • Faites une liste de toutes vos envies,
  • faites de nouvelles expériences : testez une nouvelle activité, découvrez de nouveaux plats, …
  • nourrissez votre cercle de connaissances, alimentez votre réseau de relations sociales,
  • entretenez vos facultés intellectuelles : lisez, prenez des cours, confrontez-vous à des personnes plus jeunes, calculez, faites des mots fléchés, …
  • devenez bénévole,
  • voyagez,
  • faites des sorties: soirée entre amis, expositions, brocantes, bouquinistes, …
  • évitez les contraintes inutiles,
  • trouvez un juste milieu entre temps pour vous et le temps consacrés aux éventuels petits-enfants.

2) Comment garder une vie sexuelle épanouie ?

  • Gardez le désir vivant : les stimuli sexuels (tactiles, visuels…) sont d’autant plus nécessaires que l’on avance en âge… Favorisez-les !
  • Acceptez pleinement les changements de votre corps et explorez de nouvelles formes de plaisir.
  • Favorisez la sensualité : prenez votre temps, redécouvrez l’art des caresses, prolongez les préliminaires, …
  • Dialoguez : parlez de vos sentiments, de vos craintes ; soyez à l’écoute de votre partenaire.
  • Eloignez la monotonie : avec l’âge, la sexualité ne peut plus être centrée autant qu’avant sur la performance. Nombre de relations sexuelles tombent dans la routine. On fait l’amour toujours de la même façon, voire toujours au même moment. Les processus du vieillissement hormonal peuvent entraîner une baisse de l’excitation. La monotonie de la relation sexuelle augmente à son tour le problème engendré par la baisse de l’excitation. Il s’agira alors de trouver de nouvelles façons de se découvrir, d’explorer le corps de l’autre, de faire l’amour.
  • Entretenez votre corps : le sport peut augmenter votre désir sexuel et vous aider à avoir une meilleure image de vous-même. Il permet également de réduire le stress, la tension, l’apathie.
  • Veillez à une alimentation saine et équilibrée.
  • Dormez suffisamment.
  • Evitez l’abus d’alcool. La consommation abusive d’alcool altère non seulement la qualité de vos érections mais, à long terme, elle affecte aussi votre image personnelle, votre faculté à gérer le stress, votre caractère, …
  • Evitez aussi le tabac qui altère vos artères et donc vos capacités érectiles.
  • Faites appel à des professionnels : psychologue, sexologue, médecins, thérapeute conjugal, … Il serait dommage de laisser s’installer un trouble ou de le nier. La première chose à faire est d’en parler avec votre partenaire. L’étape suivante en vue d’une résolution du problème est de consulter votre médecin et d’oser aborder le sujet avec lui.

3) Comment garder le couple vivant ?

  • Commencez par ne pas vous laissez aller : Se montrer à son avantage (selon son propre cadre de référence), se soigner, être attentif à sa personne, être bien dans sa peau, être présent à soi-même ici et maintenant, préserver son territoire et sa part de mystère, … Ces différents éléments jouent un rôle incontestable dans le maintien du désir sexuel au sein d’une relation de couple à long terme.
  • Cultivez la complicité, retrouvez la joie de partager des activités communes.
  • Face à la relation étroite entre les problèmes de couple et la dysfonction sexuelle, la communication devra être revue pour éviter les malentendus générateurs de conflits. Traiter la discorde conjugale est un point essentiel vu son rôle important dans la genèse des difficultés sexuelles.
    Inversement, il se peut que les problèmes relationnels soient engendrés par un refoulement des problèmes sexuels. Les frustrations s’expriment alors par le biais d’une agressivité accrue et de la mauvaise humeur.
  • Cultiver l’intimité et une relation privilégiée passe aussi par la compréhension, la tendresse, l’écoute, la confiance mutuelle : Songez-y !
  • Mieux comprendre la dimension féminine.
    Quand les choses vont moins bien, l’homme est souvent tellement centré sur ses propres problèmes, qu’il en oublie que la sexualité de la femme subit aussi des modifications. La ménopause a une certaine influence et peut parfois entraîner une diminution de la libido, de l’excitation, de la lubrification et de l’orgasme.
    Pour le partenaire qui présente des troubles de l’érection, ces phénomènes peuvent venir attiser son insécurité : « Je n’arrive plus à l’exciter, elle ne m’aime plus… ».
    C’est pourquoi la communication est tellement importante. Une relation sexuelle se vit à deux; la compréhension mutuelle ainsi que la connaissance des besoins et des limites de l’autre vont être essentiels.

4) Comment garder le moral ?

Au-delà de la cinquantaine, la probabilité d’être touché par un événement grave augmente.
Vieillir peut signifier différentes pertes d’importance variable : perte de sa jeunesse, perte d’une activité professionnelle, perte d’un parent proche, perte d’une reconnaissance sociale, perte d’un rôle, …
En avançant dans le temps, on hérite – souvent involontairement et/ou inconsciemment – d’un nouveau statut dans sa vie personnelle et dans sa vie de couple. Devoir assumer ce nouveau rôle peut être mal vécu sur le plan psychique. Une personne retraitée peut, par exemple, se sentir partir à la dérive parce qu’elle a perdu sa fonction établie au sein du couple. Une autre peut se sentir perdue dans sa vie lorsque soudain les enfants quittent la maison pour voler de leurs propres ailes.
Les couples qui ont des enfants se sont installés, au fil des années, dans des rôles de père et de mère. Quand les enfants atteignent l’âge adulte, le père et la mère sont renvoyés à eux-mêmes et reviennent en réalité aux rôles d’homme et de femme, de partenaires masculin et féminin, qu’ils avaient auparavant.

Se préparer et mettre un nom sur ces changements permet souvent de mieux les traverser.

Mais comment y parvenir ?

  • Visualisez l’avenir positivement.
  • Préparer le terrain face aux changements prévisibles.
  • Acceptez l’idée de vous faire aider.
  • Accueillez vos émotions, dépistez-les.
  • Redéfinissez vos priorités.
  • Prenez des décisions pour vous simplifier la vie.
  • Veillez à respecter vos besoins.
  • Diminuez les obstacles; augmentez ou renforcez ce qui vous fait du bien.

Plusieurs recherches révèlent que l’intimité (avec soi comme avec l’autre) prédispose au bien-être psychologique et à la santé, veillons donc à prendre soin de nous, de notre corps, de notre relation. Osons vivre le meilleur quel que soit notre âge.

Une question ? Un témoignage ?
Laissez un commentaire 🙂

Florence,
Pour potentialiser votre bien-être et vous aider à devenir la meilleure version de vous-même.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer